Guide d’achat

Il existe de nombreuses boutiques qui vendent des équipements d’arts martiaux. Le risque principal est d’acheter un équipement qui ne conviendrait pas à la pratique de l’aïkido.

Voici quelques conseils pour éviter toute erreur, avec quelques adresses recommandables, parmi d’autres (vous constaterez que tous les fournisseurs ne sont pas recommandés au même titre pour tous les équipements… c’est bien là la difficulté majeure !)


Keikogi

Littéralement : « tenue d’entraînement », c’est ce que l’on nomme souvent à tort « kimono » (le terme désignant en réalité une tenue de cérémonie plutôt luxueuse), qui constitue la tenue ordinaire des pratiquants. Il est composé d’une veste et d’un pantalon.

Le keikogi d’aïkido est toujours blanc, et les manches sont portées assez court, pour faciliter les saisies au niveau du poignet.

Il existe des modèles spécialement prévus pour l’aïkido, qui sont souvent de bonne qualité mais ont tendance à être plus chers que les modèles prévus pour le judo, qui sont en règle générale tout à fait adaptés à notre pratique. Évitez en revanche les modèles prévus pour le karaté ou le tae kwon do, qui ont tendance à être trop fins et légers, quoique cela ne soit pas rédhibitoire.

Dans tous les cas, on préfèrera toujours les modèles vierges de toute inscription (marque, publicité…).

Quelques fournisseurs possibles :

  • Magasin Budo Sport, à Mouscron, vente en ligne ou en boutique
  • Magasins Décathlon, vente en ligne ou en boutique
  • Boutique en ligne Fuji Mae, qui propose du matériel tout public à prix abordable
  • La boutique en ligne Manzoku Diffusion propose des keikogis haut de gamme
  • La boutique en ligne Masamune propose des keikogis haut de gamme
  • La boutique en ligne Sinonome propose des keikogis haut de gamme


Ceinture (obi)

Contrairement à nombre d’arts martiaux, qui utilisent un système de ceintures de couleurs pour marquer la progression des pratiquants, l’aïkido n’utilise que des ceintures blanches et noires (à partir du grade de shodan, 1° dan).

En revanche, à partir d’un certain temps, les pratiquants revêtent le hakama (voir plus bas) ; ils changent alors généralement de ceinture, pour adopter un modèle plus large, que l’on porte sous le hakama, en l’enroulant mais sans la nouer. C’est ce type de ceinture large que l’on appelle souvent « obi » (de façon tout à fait impropre, puisque le terme « obi » signifie « ceinture » en japonais).

A un haut niveau de pratique, certains pratiquants recommencent également à porter une ceinture blanche. C’est une façon de marquer un aboutissement, la fin d’un cycle de progression, qui ouvre sur un nouvel horizon. C’est l’incarnation de l’esprit de l’éternel débutant, qui doit animer tout pratiquant d’arts martiaux.

Tout au long de votre « carrière » sur les tatamis, vous porterez donc certainement trois ceintures différentes :

  1. une ceinture blanche, assez étroite (environ 4 cm), que vous nouerez autour de votre keikogi
  2. une ceinture blanche assez large (« obi », environ 6 cm), que vous porterez sous votre hakama
  3. une ceinture noire assez large (« obi », environ 6 cm), que vous porterez sous votre hakama après obtention du grade de shodan
  4. puis vous porterez de nouveau une ceinture blanche assez large (« obi », environ 6 cm), que vous porterez sous votre hakama lorsque vous serez parvenu au grade de 8° dan

Certains pratiquants préfèrent également, pour porter sous leur hakama, un obi de iaïdo, ceinture très large (8 à 10 cm), souvent ornée de motifs japonais. Cela ne pose aucun soucis, et cela répond surtout à un impératif de tenue du corps et de confort personnel, qui est important. Vous constaterez en effet que le choix d’un obi bien adapté est déterminant aussi bien pour la tenue de votre hakama que pour un bon maintien du dos.

Quelques fournisseurs possibles :


Zooris

Il s’agit de chaussures, sortes de « tongues » japonaises, utilisées pour circuler dans le dojo, entre le vestiaire et le tatami.

Il existe deux modèles principaux de zooris : avec une bride en « Y » (que l’on glisse entre les orteils) ou avec une bride en « X » (dans lesquels on glisse tous les orteils ensemble). Les deux modèles conviennent parfaitement à la pratique de l’aïkido.

Les zooris peuvent indifféremment être en paille ou utiliser des matériaux plus modernes, quoique l’on privilégie généralement l’apparence la plus sobre possible.

Les zooris peuvent être portées à la façon européenne ou à la façon japonaise (les talons dépassant légèrement, ce qui conduit à modifier légèrement la façon de marcher) ; il suffit d’adapter la pointure au moment de votre achat.

Quelques fournisseurs possibles :

  • Magasin Budo Sport, à Mouscron, vente en ligne ou en boutique
  • Magasins Décathlon, vente en ligne ou en boutique
  • Boutique en ligne Fuji Mae , qui propose du matériel tout public à prix abordable.
  • Sinonome, vente en ligne
  • Masamune, vente en ligne


Armes

La pratique de l’aïkido nécessite trois armes : un bokken (ou bokuto, sabre en bois, réplique du katana), un jo (bâton d’1m28), un tanto (poignard, en bois).

La vraie difficulté pour les armes réside dans la grande variété de modèles disponibles, qui correspondent souvent à des styles ou des écoles particulières. Ceci est particulièrement vrai pour le bokken, dont il existe des dizaines de déclinaisons. En cas de doute, préférez toujours les modèles « standards » et évitez toutes les armes portant le nom d’un ryu (école) que vous ne connaissez pas spécifiquement. En aïkido, on utilise habituellement la forme « kendo » standard pour le bokken.

La qualité des armes varie également grandement, de même que leur prix. Chaque fournisseur va utiliser des termes qui lui sont propres (souvent en japonais…), mais de façon générale, considérez que les bois « exotiques » correspondent à une entrée de gamme (il s’agit de bois rose-rouge, souvent plus ou moins vernis). Ces armes d’entrée de gamme sont tout à fait suffisantes pour commencer à pratiquer, mais vous risquez vite d’avoir envie de vous tourner vers de meilleurs matériaux et des armes d’une bien meilleure finition, d’autant que la différence de prix est loin d’être significative. Vous envisagerez alors par exemple l’achat d’armes en chêne blanc (shiro kashi, dont les fibres ont tendance à être plus souples) ou chêne rouge (aka kashi, dont les fibres ont tendance à être plus denses).

Quelques fournisseurs possibles :

  • Premièrement, n’hésitez pas à vous rapprocher des enseignants du club. Nous avons parfois des jeux d’armes complets à disposition, neufs ou d’occasion, qui constituent de réelles bonnes affaires.
  • Le magasin Budo Sport, à Mouscron, propose des armes d’entrée de gamme
  • La boutique en ligne Manzoku Diffusion propose notamment un jeu d’armes complet en chêne rouge, de très bonne qualité et à prix très compétitif. Certainement l’une des toutes meilleurs adresses !
  • La boutique en ligne Moku Pellen propose des armes dans des bois originaux et des kits complets à prix tout à fait intéressant.
  • Bernard Saligne propose des armes artisanales en bois de cormier, du haut de gamme au très haut de gamme (armes signées et numérotées…).
  • La boutique en ligne Fuji Mae propose un large choix, de l’entrée au milieu de gamme. Attention à ne pas vous y perdre !
  • La boutique en ligne Sinonome propose de très nombreux modèles. Attention à ne pas vous égarer dans ce choix !
  • La boutique en ligne Masamune propose de très nombreux modèles, souvent haut de gamme et pour un prix assez élevé. Attention à ne pas vous égarer dans ce choix !
  • Dans tous les cas, il est tout à fait déconseillé de se tourner vers les grandes enseignes sportives généralistes, qui vendent souvent des armes de mauvaise qualité, voire même tout à fait inadaptées (mauvaises dimensions…)


Housse pour les armes

Votre housse devra être assez grande pour emporter vos trois armes. La plupart des housses proposent une poche spéciale pour le tanto, qui le rend bien plus accessible.

Pensez à vérifier que le fond de votre housse est renforcé. Petit truc : rangez le bokken « pointe vers le haut », pour augmenter la durée de vie de votre housse et éviter d’écraser la pointe de votre arme.

Quelques fournisseurs possibles :

  • Le magasin Budo Sport, à Mouscron, propose une housse d’entrée de gamme
  • Manzoku Diffusion, vente en ligne.
  • Boutique en ligne Fuji Mae
  • La boutique en ligne Sinonome propose un très large choix de housse au design très japonais
  • La boutique en ligne Masamune propose de très nombreux modèles, souvent haut de gamme et pour un prix assez élevé
  • La boutique en ligne Moku Pellen propose des housses d’armes originales, en tissu & cuir recyclés , à prix tout à fait raisonnable.
  • La boutique en ligne De fil et d’ange propose des housses artisanales, dans un large choix de tissus


Hakama

Le hakama est un pantalon traditionnel japonais. En aïkido, il peut être noir ou bleu nuit, indifféremment.

Conformément à l’habitude européenne, vous ne le porterez pas dans les tous premiers temps de votre pratique. Ce sont vos professeurs qui vous indiqueront à quel moment vous devrez commencer à le porter, lorsqu’ils estimeront que vous êtes suffisamment engagé dans l’étude de l’aïkido ; que vous avez suffisamment pris conscience du fonctionnement d’un dojo et des règles d’étiquettes qui y sont en vigueur ; que vous avez acquis les premières bases techniques nécessaires à tout progrès.

Le hakama est un vêtement auréolé d’un certain prestige, et il demande un entretien méticuleux (pliage). Il marque souvent un première étape importante dans la vie d’un pratiquant d’aïkido. Il convient de le choisir avec soin, en se méfiant des équipements « bas de gamme », qui n’ont que peu de tenue, dont l’entretien et le pliage sont malaisés, et dont la durée de vie sera de toute façon très brève. Nous recommandons donc vivement d’envisager immédiatement l’achat d’un hakama de bonne qualité : si l’investissement initial peut paraître nettement plus important, le rapport qualité-prix (ou même, simplement : prix-durée de vie…) est en fait réellement plus intéressant, et vous aurez la satisfaction réelle de porter un hakama dont la tenue mettra en valeur votre propre shisei.

Les deux marques incontournables sont Iwata et Tozando, mais il en existe de nombreuses autres et vous pouvez tout à fait explorer les offres disponibles. Les points de vigilance principaux pourraient être :

  • le dosseret (koshi ita ou koshita) : qui doit impérativement être souple, sous peine de se casser, puis de déchirer le tissu de l’intérieur
  • les lanières (obi), dont les coutures doivent être aussi renforcées que possible (à titre de comparaison, le hakama tozando compte 7 lignes de couture sur ses lanières)
  • méfiez-vous des hakamas en coton teint, qui sont souvent d’excellente qualité, mais très difficile à entretenir, et qui ont tendance à déteindre

Traditionnellement, vous pouvez également faire broder sur votre hakama (à l’arrière de la hanche droite) votre nom (en caractères katakanas, pour les noms européens). Cela est considéré comme une marque de respect pour le professeur. Traditionnellement, cette broderie pourrait également être faite sur la manche du keikogi, mais ce n’est pas l’usage en Europe.

Quelques fournisseurs possibles :

  • La boutique en ligne Manzoku Diffusion propose des hakamas Tozando à un prix très attractif. Certainement l’une des toutes meilleures adresses !
  • Sinonome, vente en ligne
  • Masamune, vente en ligne
  • Comme pour les armes, il est tout à fait déconseillé de se tourner vers les grandes enseignes sportives généralistes, qui vendent souvent des hakamas de très mauvaise qualité


Remarque finale

Ces quelques recommandations ne prétendent en aucun cas épuiser les possibilités d’achat de matériel de bonne qualité et / ou à bon prix, ni fournir l’intégralité des bonnes adresses. Elles constituent simplement un « kit de survie » et entendent faire partager à ceux qui le souhaitent le fruit de nos expériences. Nous vous invitons chaleureusement à explorer par vous-mêmes et à nous faire profiter de vos découvertes, pour que nous puissions enrichir ce petit guide d’achat.

Une remarque, néanmoins, sur les importateurs-exportateurs (comme Budo Export ou Bushido Shop, par exemple) : ces vendeurs expédient directement leurs marchandises depuis l’étranger (le Japon, souvent) ; leurs prix sont souvent alléchants et ils proposent des produits que l’on peut avoir du mal à trouver auprès d’autres fournisseurs. Attention, en revanche, car leurs colis peuvent être contrôlés et taxés par les service des douanes, ce qui a pour effet de retarder et compliquer la livraison, tout en augmentant largement le tarif de votre achat, sans possibilité de recours. La formule n’est pas toujours mauvaise, mais se justifiera surtout pour des produits rares ou de très haut de gamme, rarement pour un achat « standard ».